Déterminez la fréquence d’arrosage. Certains particuliers arrosent leur pelouse tous les jours, mais, sauf exception, ce n’est pas vraiment utile. La fréquence d’arrosage d’une pelouse dépend de nombreux facteurs. Pour un même résultat dans une même région, votre pelouse devra être arrosée une vingtaine de minutes par semaine, alors que quelques kilomètres plus loin, cette durée pourra monter jusqu’à plus de trois heures : cela dépendra du sol, de la période de l’année ou de votre type d’arrosage [34].
Tenez-vous au courant d’éventuelles restrictions d’eau dans votre commune. En période de sècheresse, les préfectures ou les municipalités peuvent édicter des restrictions ou des interdictions d’arrosage de pelouses, lesquelles ne sont alors pas considérées comme prioritaires. L’arrosage est interdit pendant certaines heures ou certains jours, la quantité peut aussi être limitée. Bien entendu, la loi prévaut sur cet article.
N’arrosez pas votre jardin dans la nuit. Quand vous arrosez les plantes la nuit, l’eau s’installe sur les feuilles et les tiges des plantes au lieu de s’évaporer. Le sol se retrouvera saturé d’eau au lieu d’être drainé de manière convenable à l’aide des rayons solaires. Cela est nuisible à vos plantes parce que cela entraine l’apparition et le développement de moisissures et de champignons autour des racines, sur les tiges et les feuilles.
Puisque leur entretien est plutôt simple, un apport de compost et un engrais granulaire équilibré au printemps sont suffisants aux graminées pour la saison. Un apport trop généreux en azote (le premier chiffre sur les emballages d’engrais) contribuera à la croissance accélérée du feuillage au détriment de sa résistance et de sa rigidité : les tiges et les feuilles résisteront moins aux intempéries comme le vent et les fortes pluies. La plupart des graminées sont résistantes à la sécheresse, l’arrosage n’étant alors nécessaire que dans les premières semaines suivant la plantation.
Il est cependant incontournable de planter au moins 1/3 de graminées à feuillages persistants. Pour donner un effet moins désordonné, espacez chaque plante l’une de l’autre afin d’intégrer un décor minéral et quelques grosses pierres. Vous créerez ainsi un massif d’aspect naturel et sauvage tout en étant tout à fait contrôlé. Vous devrez également jouer sur les espaces pleins avec des plantes, et vides laissés nues et enrochés. C’est avec cette méthode que votre massif sera le plus équilibré et esthétique.
Si la performance verte est une priorité, il y a deux principales options. La première est une tondeuse électrique qui fonctionne par le courant domestique via une rallonge électrique. La deuxième option est une tondeuse manuelle à poussée. Les deux types de tondeuses à gazon n'ont jamais besoin d'être rechargés et ne produisent pas d'émissions de gaz. Le compromis entre les deux est que l'utilisation d'une tondeuse motorisée nécessite moins d'efforts qu'un modèle manuel qui est plus compact et pèse moins lourd. Ces deux modèles ont un coût d'exploitation inférieur à celui des tondeuses à essence.
Récupérez certaines eaux. Une pelouse n’a pas besoin d’une eau de parfaite qualité, comme ce peut être le cas pour un potager. Ainsi, l’eau de pluie, qui est gratuite, peut être, moyennant quelques aménagements chez vous, utilisée pour arroser la pelouse. Sachez qu’en France, il existe une législation sur la récupération et l’utilisation de l’eau de pluie [11]. De même, les eaux domestiques (douche, baignoire, vaisselle, lave-linge) sont certes impropres à la consommation, mais elles peuvent, sous certaines conditions, servir à arroser une pelouse si vous n’utilisez pas, par exemple, de produits chimiques [12].
Comme il est plaisant l’été venu de profiter de ces installations extérieures et des joies qu’offrent à nos yeux la nature parée de toutes ces belles couleurs : fleurs, arbustes, feuilles et un gazon au vert vif nous permettent d’apprécier encore davantage la belle saison qui comme vous le savez, au Québec, passe rapidement. Qui dit terrain, dit également entretien. Si la nature peut se faire aidante en alternant les journées d’ensoleillement à celles de pluie, il faut tout de même y mettre sa contribution pour préserver ce petit havre de verdure qui est le vôtre. Dans ce billet, nous parlerons de l’importance de l’arrosage et de différentes choses à faire en été pour maintenir la santé de notre gazon et autres végétaux comme les plantes et les arbustes.

Drôle de famille, la première du monde végétal, présente du cercle arctique jusqu’à l’Antarctique en passant par les zones tempérées et tropicales. Du bambou, cette herbe géante, à la canne à sucre, en passant par notre blé mais aussi le riz, le maïs, le sorgho... les graminées font vivre l’humanité. Tout au bas de la hiérarchie, on trouve également le si détesté chiendent !
On voit bien que les quatre éléments (eau, air, lumière, éléments nutritifs) sont indispensables à la bonne santé de votre pelouse. Sans lumière, pas de photosynthèse, sans éléments nutritifs, pas de croissance etc. La phase d’entretien pelouse sert donc à éviter qu’un des éléments ne viennent à manquer, pour que les herbacées soient toujours en bonne santé.
Si votre cour est de taille moyenne, ces tondeuses à pousser sont faciles à utiliser. Elles sont plus légères et silencieuses que les tondeuses à essence, et requièrent moins d'entretien. De plus, elles ne sont pas polluantes et n'émettent pas de mauvaises odeurs. Elles ne sont toutefois pas indiquées pour les pelouses longues ou humides. Le fil de la tondeuse peut aussi s'avérer encombrant si votre cour a beaucoup d'obstacles, comme des arbres ou des buissons.

Photos non contractuelles. Soucieux d’améliorer sans cesse la qualité de ses produits, Husqvarna® se réserve le droit de modifier ses matériels sans préavis. Copyright - 2008-2019 Husqvarna AB (publ). Tous droits réservés. Les prix indiqués sur ce site sont des prix de vente public maximum conseillés par le fabricant, TVA en vigueur incluse. Conditions d'utilisation | Avis de confidentialité | Politique en matière de cookies


Pour la pyrale des prés, il faut agir sensiblement de la même façon, cette larve d’environ 2 cm et de couleur brunâtre est principalement active la nuit et creuse des canaux dans le sol se nourrissant au passage des racines de votre gazon. Le meilleur moyen préventif est de procéder au déchaumage printanier qui vous permettra de trouver l’envahisseur qui ressemble à une petite chenille et là aussi d’opter pour des variétés de semences peu appréciées de cet ennemi des surfaces gazonnées.
Ne vous trompez pas en ce qui concerne l'entretien des pelouses. Ce guide pratique vous aidera à choisir la bonne tondeuse afin que vous puissiez profiter d'une belle pelouse toute l'année. Nous vous proposons tout au long de notre site spécialisé de découvrir un comparatif précis et détaillé. Vous pourrez ainsi découvrir la crème et la quintessence du matériel pour entretenir votre jardin.
Ne laissez pas votre gazon brûler en été! Cependant, un arrosage excessif de votre gazon empêchera l’herbe d’établir un système radiculaire fort et pourrait mener à la croissance de champignons. Plusieurs guides pratiques disponibles en ligne décrivent la fréquence d’arrosage des différents types d’herbe. Assurez-vous d’arroser la pelouse tôt le matin pour éviter que l’humidité ne s’évapore.
En effet, que sont les mauvaises herbes ? Au final, ce sont des végétaux qui viennent s’implanter naturellement sur votre pelouse. Ces indésirables sont donc les habitantes “historiques” de votre terrain. Celles qui étaient là avant que vous ne retourniez le sol et que vous ne plantiez votre pelouse. Et contrairement aux herbacées de votre gazon, que vous avez dû semer, planter, arroser etc., elles n’ont eu nul besoin de l’intervention humaine pour se développer.
Faites des économies d’eau. En fait, l’arrosage d’une pelouse répond à plusieurs objectifs. Certes, il sert à la pousse des brins d’herbe, mais il limite l’érosion éolienne dans les zones venteuses et maintient une certaine température du sol, favorable à la pousse des végétaux. Si les zones très empruntées doivent être bien arrosées, vous pouvez être moins généreux sur les parties moins sollicitées (coins, zones sous des arbustes…) Bien sûr, il faut arroser ces zones, mais moins abondamment que les autres qui sont plus sollicitées [10].
L’aération de son sol permet justement, en prélevant de petites carottes de terre, de décompacter son terrain. On pourra ensuite déposer du terreau, afin de modifier la structure du sol pour l’alléger. Ou on pourra ajouter de l’engrais, pour apporter des éléments nutritifs au gazon, qui seront ainsi directement au contact des racines via ces trous. Pour en savoir plus sur la manière d’aérer la terre, voici un guide complet sur cette tâche d’entretien pelouse.
Le « mulching » consiste à réduire le gazon en particules très fines qui seront ensuite épandues sur la pelouse. Il n’est alors plus nécessaire de ramasser l’herbe coupée, qui se transforme en fertilisant naturel. C’est un plus, mais pas une révolution. Vous obtenez à peu près le même résultat en tondant votre gazon souvent (sans le bac, évidemment) et en laissant le produit de la coupe sur la pelouse. Il ne faut pas le faire si l’herbe est déjà haute : elle va s’agglutiner en gros paquets qui étoufferont votre pelouse.

Tous ceux qui possèdent une pelouse et l’entretiennent régulièrement en sont fiers et ils en profitent largement pour s’y reposer ou pratiquer certaines activités ludiques. Une belle pelouse est une pelouse arrosée et dans certaines régions défavorisées, cette opération est difficile à mettre en œuvre, à cause d’un manque d’eau ou des restrictions. À côté de cela, il est possible de compenser ce manque d’eau par certaines pratiques. Si vous y arrivez, vous soulagerez vos factures d’eau et vous contribuerez à la préservation de cette ressource si vitale.

Arrosez les plantes au niveau des racines et non pas sur les feuilles. Les racines absorbent l’eau nécessaire à la nutrition des plantes. L’eau qui touche juste les plantes s’égoutte ou s’évapore. Lorsque vous arrosez les plantes, pointez le tuyau, l’arrosoir ou l’arroseur sur la plante, au niveau des racines, afin de vous assurer que l’eau pénètre suffisamment la plante à cet endroit.
×